Appel à manifester le 4 juin

Appel à manifester 2022

Éducation, Justice, Santé : renforcez nos droits, appliquez les lois, on ne reculera pas

Cette année d’élection est marquée par la quasi absence des thématiques LGBTI+ dans les programmes des candidat⋅e⋅s à l’élection présidentielle. Le silence tient lieu de programme chez les candidat⋅e⋅s qui proposent un « moratoire » sur les projets « sociétaux » présentés comme des menaces. En outre, les candidatures des partis d’extrême-droite se renforcent et, additionnées, recueillent près d’un suffrage exprimé sur trois au 1er tour de cette élection présidentielle 2022.

Sous couvert de normalisation, le projet présenté par l’extrême-droit reste la stigmatisation des étranger⋅e⋅s : refus de l’asile aux personnes persécutées dans leur pays en raison de leur orientation sexuelle ou de leur genre ; la défense d’une société d’ordre hétéro-normée et patriarcale qui interdit l’éducation à la sexualité, l’égalité des sexes et la prévention des discrimination à l’école, et remet en cause la filiation des enfants de couples de même sexe. Avec la Hongrie, la Pologne et la Russie comme références, l’extrême-droite française menace les droits des personnes LGBTI+, légitime de nouveau leur stigmatisation sociale, libère les paroles de haine, promeut et diffuse des valeurs fascistes : autorité, violences policières, nationalisme, culte du chef, racisme.

Face à l’extrême-droite, le second tour des élections présidentielles a réélu le président sortant. Réduite à la portion congrue, la campagne pour la réélection du Président a présenté un projet elliptique au plan social et sociétal. Les personnes LGBTI+ comptent pourtant parmi les plus exposées à la précarité sociale, qu’elle résulte des discriminations encore organisées par la loi (non remboursement des parcours de transition) ou de celles insuffisamment combattues (exclusion familiale, harcèlement, déscolarisation, accès à l’emploi).

L’inclusion et le respect ne sont pas performatifs, ils se construisent, et l’égalité des droits ne doit plus autoriser de progrès sélectifs. L’ouverture de la PMA annoncée pour toutes reste excluante pour les personnes transgenres et la filiation des couples de femmes reste précaire. Les thérapies de conversion ont été interdites, mais les mutilations chirurgicales sur les enfants intersexes se poursuivent. L’émission d’une circulaire sur l’accueil des élèves transgenres à l’école sans sensibilisation ni formation des personnels de l’Education nationale ne fait qu’exposer les premiers au désarroi des seconds.

Après une élection présidentielle réduite à une alternative impossible pour beaucoup; nous, personnes lesbiennes, gays, bies, transgenres, queers, intersexes, asexuelles et autres minorités sexuelles et de genre, marcherons donc fièrement pour nos droits le 4 juin pour obtenir notamment:

1) Le remboursement des parcours de transition des personnes transgenres

2) L’arrêt des opérations et médications d’assignation des personnes intersexes jusqu’au libre choix de la personne

3) Une dépsychiatrisation effective de la transidentité incluant son retrait de la liste des maladies mentales dans les textes de référence; la prise en charge des transitions comme états de santé non pathologiques

4) La PMA pour tou·te⋅s: y compris pour les personnes transgenres

5) L’accès aux soins garanti pour toutes les personnes LGBTI+, personnes migrantes, personnes précaires, sans délai de carence

6) Le respect des identités de genre dans tous les lieux de privation de liberté

7) Des campagnes de sensibilisation et de formation des personnels de l’Education, de la Santé et de la Justice à l’accueil et au respect des personnes LGBTI+

8) L’organisation de nos forces afin de lutter contre l’agenda politique de l’extrême-droite en promouvant les actions de prévention des LGBTIphobies, notamment par la sensibilisation dès l’école au respect des diversités sexuelles et de genre.

Nous appelons toutes les organisations qui luttent pour une société inclusive et solidaire, et contre toutes les formes d’oppressions à nous soutenir massivement, tou·te·s uni·e·s, le samedi 4 juin Esplanade Charles de Gaulle : à 11h pour le Village associatif, à 13h pour la prise de parole militante et à 14h pour le départ de la marche.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.